Blabla | Maman

Tout ou rien, la dictature des réseaux.

16 juin 2019

Depuis quelques temps je vois apparaitre un phénomène sur les réseaux, ce que j’appelle : le tout ou rien. Quand on commence à parler d’un sujet, surtout quand celui-ci est « engagé », les réactions sont souvent déchainées. L’éducation, l’écologie, l’alimentation, le sport font entre autre partie des thématiques qui font débat.

Partager, argumenter et inspirer à travers ses réseaux ne donne pas, à mon sens, le droit de se faire épier au moindre écart. Oui, j’ai à coeur de transiter vers une consommation plus responsable, oui je prends le temps de sélectionner mes fruits et légumes, français quand je peux, bio au maximum. Bien sur qu’il est préférable de prendre le train, marcher ou être à vélo quand on se déplace. Mais je n’ai pas envie de mentir, il m’arrive d’acheter de l’industriel, de prendre l’avion pour un aller-retour, j’adore faire du shopping et de nombreuses marques fast-fashion font encore partie de mon dressing.

Pour autant, certains créateurs de contenu que je suis sont, quant à eux, 100% dans leur démarche et j’adore m’en inspirer. Je ne les trouve ni culpabilisants, ni extremistes. Nous ne sommes simplement pas au même niveau de cheminement et je l’accepte. Je crois qu’il est plus facile de pointer du doigt ceux qui essayent plutôt que de sortir de sa propre zone de confort.

Quand je parle d’éducation, que je partage mes découvertes et notre façon de faire en tant que parents, certains se sentent agressés dans leurs propres convictions. Dire « Je veux bannir de mon éducation les cris » ne veut pas dire « Si tu as déjà crié tu es un mauvais parent » mais il est toujours plus facile de se sentir jugé plutôt que d’entamer un travail personnel. La remise en question n’est pas une forme de faiblesse à mes yeux, c’est au contraire une force que de pouvoir chambouler ses convictions pour être en accord avec qui nous sommes vraiment.

Je suis loin d’être une mère parfaite, pour autant j’ai à coeur de transmettre du positif sur mes réseaux. Partager la réalité avec un enseignement ou une piste de réflexion me semble toujours plus pertinent que de se morfondre. Dans la vie en général, je déteste m’apitoyer sur mon sort. J’aime les solutions et le positif, on m’a toujours appris qu’il fallait se tirer les uns les autres vers le haut pour en ressortir grandi. J’ai l’impression aujourd’hui que les réseaux sociaux peuvent justement servir à dépasser nos étiquettes et nos principes pour tendre au meilleur, c’est en tout cas l’utilisation que je souhaite en faire. Alors que vous soyez au début de votre cheminement ou loin devant, je vous souhaite d’être en accord avec ce qui vous parle, ce qui résonne en vous. Ne vous comparez pas mais n’enviez pas non plus. Le plus beau parcours c’est celui qui vous ressemble.

Je vous embrasse,

Léa

Only registered users can comment.

  1. coucou,
    J’ai appris à mieux me connaître, à comprendre mes actions, mes ressentis en raison de problèmes de santé. Ainsi mes convictions et mes idées ont complètement changées ou plutôt j’ai appris à m’assumer, à m’émanciper. Je suis donc tout à fait d’accord avec ce que tu dis. Pour moi tu es comme une modèle de femme heureuse qui n’a pas peur de ses convictions et d’assumer. J’adore tes vidéos, tes posts sur les réseaux sociaux qui me font du bien et me font comprendre qu’on ne peut pas être parfait.

  2. Merci Léa pour ce partage de ta pensée. On en revient toujours à la même chose, la culpabilité ou le fait de se sentir jugé sont des sentiments personnels. Je trouve que ce que tu partages est réel, tu nous montre ton cheminement et tes convictions, et c’est ce qui est véritablement intéressant. En tout cas c’est aussi mon point de vue. Je vous souhaite beaucoup de bonheur à toi et tes proches :)

  3. Tes mots sont toujours très inspirants :)

    Je me fait la même réflexion au quotidien depuis quelques mois.
    Je suis devenue végétarienne en septembre dernier par conviction écologique d’abord, mais aujourd’hui également éthique pour les animaux, et je me heurte bien souvent à des critiques de personnes souvent moins informées, et qui pointent toujours du doigt les « défauts » de mon végétarisme. Et c’est tellement fatigant… Surtout quand on ne demande rien à personne.

    Bell journée Léa !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Code de sécurité * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.